The Infinite Man
placeholder

The Infinite Man

Plus belle la boucle

placeholder

De quoi ça parle ?

Pour sauver son couple, Dean décide d'emmener Lana dans la machine à remonter le temps qu'il a inventée. Il finit par rester coincé dedans.

Ce qu'on en pense sur SensCritique

Sur ce film de voyage temporel aux boucles imbriquées, on pense rapidement à Triangle ou à Los Cronocrímenes, mais surtout à Primer puisque la science pour défier le temps est une action consciente du protagoniste. Il y a aussi ces moyens cinématographiques limités (3 acteurs, 1 lieu de tournage désert), qui n'entachent aucunement les ambitions du réalisateur. Démesuré et malin, le scénario et un modèle d'écriture minutieuse et réfléchie à chaque minute de pellicule. En adoptant un ton légèrement comique, cela permet de se concentrer sur le concept, et son thème, réussis plutôt que de s'attarder sur la logique des à-côtés - sans intérêt ici, même s'ils peuvent nourrir d'autres théories. À l'image de son intrigue fourmillante, la mise en scène se montre brillante et invite aux multiples revisionnages pour totalement cerner cette œuvre qui incite à la réflexion et recèle de belles surprises

Lire la critique complète de AntoineRA sur SensCritique

Voir le film
Partager
Ajouter aux favoris ( bientôt ! )

WTF ?

  • Film australien
  • Genre : Boucle romantique
  • Réalisé par : Hugh Sullivan
  • Avec : Josh McConville, Hannah Marshall, Alex Dimitriades
  • Durée : 1h24
  • Film en VOST

#kiss&cry

#cartooneries

#heartbeat

#zygomatik

#kiss&love

#feelgood

#intellokif

Pourquoi ?
  • Parce que vous aimez :
  • + -
Pourquoi pas ?
  • Parce que vous n'aimez pas :
  • + -

Avertissements

Tout public

Nos suggestions

(Fondées sur un algorithme très sophistiqué que même Netflix nous envie : le hasard)